Octobre 2020

gif

 

 

Nebraska et Vagabond ont rejoint leur maison

 Nebraska, Vagabond et Narcisse, ont rejoint le Refuge le 2 octobre.
Nous avons alors présenté Narcisse, une jolie et gentille ânesse de 5 ans à notre troupeau d’ânes mais qui les regardé plutôt d’une manière interrogative « Vous êtes bizarres vous avec vos longues Zoreilles ! », et s’est empressée de rejoindre ses 2 compères avec lesquels elle vivait depuis 5 ans.
Afin de lui donner des chances de se rapprocher de son espèce, nous avons mis le trio à coté du parc des ânes, et la magie a opéré. Narcisse a montré de nombreux signes pour rejoindre ses confrères aux longues oreilles, elle les a rejoint mais n’a surtout plus voulu les quitter.
Concernant Nebraska qui s’appelle Nebraska Petite croix CH : son premier propriétaire sous le choc d’avoir appris qu’elle avait atterri dans un Refuge après avoir perdu sa trace il y a presque 20 ans, nous a contacté et nous a proposé de la prendre à la retraite sous contrat pour finir sa vie aux cotés d’une de ses juments avec laquelle elle s’entendait bien.
Et en effet, Nebraska a retrouvé sa place de jeunesse pour le plus grand bonheur de la famille.
Pour le gentil Vagabond, nous avons opté que le jour de la séparation, Vagabond rejoigne nos chevaux retraités du canton de Vaud, où il pourra profiter de plus grands espaces de pâture en hiver et aussi de tomber amoureux d’une mémé retraitée. Son adaptation demandera un peu de temps mais nous sommes confiants qu’avec Rachel, tout sera mis en place pour que cela se passe au mieux.
Merci à la famille D. pour l’adoption de Nebraska, et nous sommes ravis d’avoir pu contribuer à ces retrouvailles……. (FB a du bon parfois)

122852036 2554601881498586 7570195677839374692 o

 

122905844 2554601878165253 1800401719329702572 o


 122937274 2554601864831921 315801524554860060 o

Réunion des associations du 74

Réunion des associations du 74
26 personnes de différents refuges ou associations du 74 se sont réunis samedi 24 octobre, afin de discuter, échanger, mais aussi simplement de faire connaissance.
Quatre membres de Darwyn France ont eu plaisir à partager ce moment.
Chacun œuvrant pour la même cause, mais bien souvent trop chacun dans son coin, il serait bienvenu ce moment de regarder ensemble dans la même direction en pouvant se soutenir.
Une première rencontre fort sympathique s’est tenue samedi matin et nous l’espérons qu’elle donne naissance à une nouvelle ouverture d’esprit que « seul nous allons vite, ensemble nous allons plus loin » serait la conclusion citée et adaptée à ce nouveau départ.
2020, aurait aussi du bon en cette période si particulière !
122988840 3680758998611232 872870829459234823 o
 

Hugo sait faire rire les enfants !

Hussy

Triste nouvelle, mais aussi un beau cadeau.
Message à 8h, Yvette nous annonce que notre mémé Hussy s'est éteinte cette nuit. Triste mais aussi quel beau cadeau de Dame nature de lui permettre de partir dans son parc après 10 ans de retraite.
Chère Hussy, tu nous auras épaté par ton envie de vivre malgré ton squelette fatigué...le jour de ton arrivée, je me disais, si tu tiens 1 an, ce sera toujours cela de pris pour t'offrir une retraite. Et voila, tu as pu profiter 10 ans d'une belle retraite, discrète jusqu'au dernier souffle...tu t'es endormie chez toi, à l'âge de 30 ans. Merci pour ce départ sans douleur.
Belle route à toi....
122258232 3926144900779325 2679128273053774955 o
 

Visite à nos retraités

Le plaisir de revoir nos cocos retraités du côté de Châlon, chez Yvette.
- Woody, 11 ans, déformation du boulet, arrivé en 2014 ( 6 ans de retraite)
- Hussy, 30 ans, séquestrée, arrivée en 2009 (11 ans de retraite)
Comtesse, 31 ans, recueillie suite à des problèmes financiers, arrivée en 2009 (11 ans de retraite)
- Mutcho, 16 ans, quarter horse ingérable sous la selle, arrivé en 2010 (10 ans de retraite)
Chuck, 18 ans, séquestré, arrivé en 2002, placé puis revenu en 2015 pour la retraite (5 ans de retraite)
- Tamlin, 19 ans, poney compliqué à la monte et emphysémateux, placé puis de retour de famille (en retraite depuis 10 ans)
Nos cocos prennent de l’âge et se portent à merveille. Les 2 mémés, Hussy et Comtesse (borgne), sont séparées du groupe, elles ont à disposition un box paillé ouvert, et sont complémentées quotidiennement. Elles disposent de beau foin à volonté. Nos 2 mémés vivent à leur rythme.
Nos 4 hongres sont avec une dizaine d’autres chevaux, disposent de râteliers de beau foin installés sur une place stabilisée. Divers abris paillés sont à disposition ainsi qu’une belle pâture de plusieurs hectares.
Comme vous pouvez le constatez, ils profitent de leur retraite depuis 10 ans pour la majeure partie, ce qui représente par cheval un coût d’environ 2000 euros par année, soit pour 10 ans, 20'000 euro de frais de pensions par cheval.
Des frais importants et surtout sur du long terme, c’est aussi pour cette raison que les parrainages sont un maillon essentiel pour assurer ces frais de pension.
Merci à Yvette et son équipe de prendre soins de nos cocos.
 
122045399 2548253258800115 8625465628579041827 o 122115811 2548255962133178 706195129523200155 n
122111377 2548253398800101 5200108995588352580 o 122096581 2548253395466768 7263135878633199034 o
122131065 2548253375466770 1488351805454517551 o 122191473 2548253408800100 8986344027281746895 o
 

Nebraska

Que diriez-vous d’une jolie histoire pour vous réchauffer l’âme en ces temps bien frais !
Le 2 octobre, Vagabond, Nebraska, et Narcisse ont rejoint le Refuge. Nous avons alors publié un post à ce sujet. Hier, un monsieur nous a contactés très touché de savoir que Nebraska, âgée aujourd’hui de 25 ans, était arrivée chez nous. Cette ponette romande était la sienne il y a 20 ans, il l’avait confiée à une dame qui faisait de l’équithérapie, et allait la voir de temps en temps. Lors d’une visite, il apprend que la jument a été « vendue » à une jeune femme et du coup il en perd la trace.
20 ans après, il la retrouve après qu’elle soit passée dans diverses places pour atterrir dans un Refuge.
Ce monsieur nous a proposé d’accueillir Nebraska, pour lui offrir une retraite auprès d’une de ses juments de 20 ans.
Une fois que tous les soins seront faits, nous aurons le plaisir de lui amener Nebraska, qui sera sous contrat avec le Refuge.
La morale de cette histoire : ce monsieur a joué sur la confiance, en pensant que la dame le rappellerait si elle ne voulait plus Nebraska. Mais cela n’a pas été le cas.
Placer un équidé chez une tierce personne sans un contrat écrit est à éviter. Un contrat doit être signé par les 2 parties, avec des closes prévoyant des conditions spécifiques en cas de séparation de l’équidé, et doit prévoir également une pénalité importante en cas de violation des clauses.
Un contrat dissuade les personnes mal intentionnées et protégera l’équidé de bien des problèmes.
Si vous souhaitez un exemplaire de contrat, n’hésitez pas à nous le demander par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
neb
 

Soins pour Philo

Philosophie, est une ânesse du Poitou, soit une race très ancienne de France, de la région du Poitou (certain disent "Baudet du Poitou" qui est inapproprié, baudet concerne les mâles reproducteurs). De grande taille, de 135 à 150 cm selon le sexe et variant de 350 à 450 kg.
Il est reconnaissable par ses longs poils épais qui s'emmêlent naturellement en poussant pour former des guenilles. Ses longues mèches frisées sont appelées des « cadenettes ». Elles le protègent aussi bien du chaud l'été que du froid l'hiver. Ces longues oreilles peuvent atteindre 34 cm !
Mais sous une telle robe, peut se cacher aussi une maladie ou encore des tiques. Un entretien et un brossage régulier permettra de s'assurer de la bonne santé de la peau. Suivant l'état de la robe, le pluie, soit l'humidité pourra augmenter le risque de "moisissure" dans les nœuds et conduire à une dermatophylose.
Voici le cas de Philosophie, qui a eu besoin d'un nettoyage en profondeur :
- d'abord couper le max des poils et nœuds au ciseaux
- léger passage à la tondeuse,
- nettoyage à la bétadine savon (pour désinfecter),
- shampouinage avec un savon doux pour ramollir les croûtes,
- rinçage
- retrait des tiques (environ une cinquantaine sur quelques centimètre)
- nettoyage locale avec un produit anti-mycosique ainsi qu'administration d'un anti-mycosique par voie orale.
- puis séchage
Heureusement, Philosophie, a été d'une extrême gentillesse et d'une grande patience. Nous espérons que les soins apportés amèneront à une guérison total avant les grands froids.

0philo

120997041 2539135729711868 5711857602608313730 o


 

13 ânes

13 ânes au Refuge ! on adore !!!!
Quel plaisir de voir toutes ces longues oreilles ensemble.
Notre groupe de 7 ânes dont 3 sont à placer. Les 5 derniers arrivant de mardi, dont 3 Baudets du Poitou, et Narcisse arrivée vendredi passé. Narcisse a toujours vécu avec des ânes, et lorsqu'on l'a présenté aux autres ânes, elle est restée à distance et avait l'air de se dire "que vous êtes bizarre". Nous avons laissé du temps, les avons mis côte à côte au pré, et le temps a fait les choses, c'est elle qui nous a fait comprendre que c'était le bon moment pour les rejoindre.
Du coup, une vidéo un peu longue, mais je n'arrivais pas à supprimer des morceaux...donc voila 3 minutes de momentZanes à partager...
Précision : si vous êtes au bureau ou dans le bus, coupez le son

Placement des 5 ânes, rebondissement. 

 Il y a 3 semaines nous partagions avec vous l’aide apportée à Florence pour le placement de ses 5 ânes. Nous avions trouvé une famille. Malheureusement, nous avions surestimé cette place. En effet, le monsieur qui avait généreusement proposé d’adopter les 5 ânes ensemble, ne pourra les garder au vu de nos critères. Mi-septembre, la saison est encore belle, il était convenu qu’un abri soit posé. Lors du chargement des ânes, nous hésitions fortement à les prendre au Refuge, le temps de faire les soins de parage qui étaient urgent. La famille nous rassure et afin d’éviter un nouveau chargement, nous propose de s’en occuper. 

Nous amenons alors les ânes dans cette belle pâture, bien clôturée. L’abri devait être posé dans les jours suivants, et le maréchal appelé rapidement. Quelques jours après, nous prenons alors les premières nouvelles. Un âne a pu être paré, les autres étant difficile à attraper, la famille nous propose de les faire une fois que l’abri sera mis, elle pourrait alors les coincer dedans. Le mauvais temps étant de retour, avec de fortes précipitations annoncées, nous passons voir sur place si l’abri a bien été installé. Sur place, nous constatons que les ânes ont un râtelier rempli de foin, quant à l’abri, nous mettons des réserves sur la solidité, mais comme à la fin de l’automne, il était convenu que les ânes seraient ramenés vers une stabulation en dur, nous décidons de voir les jours suivants ce qu’il en est. Mauvaise surprise quelques jours après, l’abri a bien souffert avec les fortes rafales de vent, la baignoire pour l’eau est vide, un bac d’environ 40 litres d’eau est à disposition pour les 5 ânes, les soins des pieds n’ont pas été fait, et une des ânesse a un gros souci de peau. 

Au vu de ce constat, nous en informons la famille d’accueil, et convenons que nous reprendrons les 5 ânes le jour-même.

Nous en retirons une fois de plus une leçon. Nous avons placé des animaux qui avaient besoin de soins de parage, et aurions dû comme nous le pensions à la base, les mettre en état avant de les amener en famille. Deuxième chose, il aurait fallu s’assurer que l’abri prévu serait fermé des 3 côtés et avec des matériaux plus solides. Voila, encore une expérience, et c’est aussi pour cette raison que les placements doivent se faire quand tout est en ordre dans les deux camps pour éviter les malentendus. 

Aujourd’hui, après avoir poussé les murs (une fois de plus - rire) les ânes ont rejoint le Refuge, ont vu le maréchal, et ce n’était pas un luxe, clairement ! Merci à Joël et Steeve d'être venu au pied (ou sabot levé). Nous allons soigner Philo, et verrons la suite si nous trouvons une nouvelle famille pour ces 5 ânes longues Zoreilles. En attendant, bon repos les Zamis. 

Note : nous vous remercions d’éviter les commentaires « critiques » nous avons tous notre part de tort !

1abri avant tempete

 

2abriApresTempete3

 

4 1

4 2

56 2

6 1

 

Amélioration des installations

Quatre box de 3x3 m étaient installés dans notre tunnel, des box dit de "dépannage" soit pour une utilisation momentanée. Mais le momentané prend souvent le dessus et devient du long terme. Pour le confort des chevaux, nous avons supprimé 2 box et aménagé les 2 avec des terrasses. Ces 2 box seront fortement pratiques pour la détention de nos 2 mamies, Brigitte, 34 ans, Europe, 28 ans, et de leur inséparable Tawana.
Merci à notre équipe pour cet aménagement top !
120996573 2538189653139809 8455982527093157923 o
 

News des seniors

Âgés ou handicapés, nos 19 retraités, et 5 adoptés sont en pleine forme en ce début d’automne !
Merci Rachel de mettre tes compétences et tes belles installations soignées pour nos cocos... des vrais chanceux !

 

Admissions de 2 chevaux et une ânesse

Admissions de 2 chevaux et une ânesse du canton de Vaud.
Installations non conforme, manque de soins, mise en demeure des autorités, le Refuge a proposé d'accueillir les équidés avant qu'un éventuel séquestre est lieu.
Vagabond, Nebraska, (la vingtaine pour les deux mais à confirmer) et Narcisse ( 5 ans) sont arrivés ce matin.
Nous allons repartir à zéro soit dentisterie, vermifuges, vaccins et ensuite parage.
Foin à volonté pour commencer puis nous adapterons aux besoins de chacun avec des compléments.
Ces 3 très gentils arrivants sont très sympa et cherchent des parrains pour participer aux soins de base. Si vous souhaitez soutenir ce sauvetage :
Twint : 078 666 86 49
Iban : CH77 0900 0000 1722 8647 4
Par sms au numéro : 339 Texte à taper darwyn(montant désiré) exemple Darwyn10

120654005 2534057720219669 9101227001685589678 o


 

Stage au sein du Refuge

Stage au sein du Refuge et témoignage
Une année excpetionnelle avec cette pandémie qui a ralentit les admissions de stagiaires mais rattrapée avec la rentrée scolaire. Une grosse quinzaine d'ados viendront sur cette fin d'année rejoindre notre équipe. Ces journées ou semaine de stage sont une excellente manière de découvrir les metiers extérieurs liés aux animaux, mais également de prendre conscience des concessions nécessaire pour travailler dans le milieu équestre.
Nous avons reçu le témoignage d'Elena, 12 ans après son passage au Refuge. Un témoignage mettant en avant le fait que d'orienter la jeunesse est aussi une façon d’assurer un avenir plus certains aux équidés car quoi qu’on en dise l’argent reste le nerf de la guerre.
 
Témoignage d'Elena, 25 ans
Quand j’étais plus jeune, je voulais absolument travailler dans le monde du cheval. Pour la simple raison que je suis tombée en amour et en admiration pour ces animaux incroyables, dotés d’une puissance impressionnante à pouvoir faire peur, et d’une gentillesse incommensurable à la fois. Ils sont dotés d’une telle grâce avec leurs allures dansantes, que lorsqu’ils sont devant nous, toute notre attention est dirigée vers eux, au point de nous faire oublier l’espace temps et ses problématiques. Ils regroupent un grand nombre de races aux caractéristiques diverses et variées, et avec elles une histoire, des cultures, des pratiques, des états d’esprits qui représentent une grande richesse, un héritage à perpétuer.
Pour moi c’était ça le cheval : un mélange de sentiments, rythmé entre amour, passion, dépassement de soi, sens des responsabilités, adrénaline, un échappatoire au quotidien.
Mes parents m’ont toujours encouragée à choisir un métier qui me plaît, tout en me mettant en garde, à savoir que le monde du cheval est dur, qu’il est très difficile d’en vivre, c’est un investissement personnel conséquent, avec une amplitude horaire importante (la journée commence très tôt et finit tard), par n’importe quelle météo. Qu’il faut se démarquer pour se faire une place, avec du caractère pour supporter ce monde rustre, dans lequel règnent argent, hypocrisie, cheval objet, manque de reconnaissance, etc.
J’entendais leurs mots, et je me disais que tous les métiers ont leurs avantages et leurs inconvénients. Je restais donc avec cette idée en tête : travailler plus tard dans le monde équestre.
Pendant mes vacances scolaires, j’ai fait un camp d’été au refuge de Darwin, durant lequel j’ai fait la rencontre d’Anouk Thibaud, la directrice de cette association. Elle m’a ouvert les yeux en me disant « Tu as la chance d’avoir le choix. Ne travailles pas dans le milieu du cheval. C’est tellement difficile. Ce que je te conseille, c’est que ça reste une passion. Choisis un métier que tu aimes aussi, mais avec lequel tu auras la possibilité de bien gagner ta vie. Cela te permettra d’avoir ton propre cheval et d’exploiter au maximum ce que tu aimes faire durant ton temps libre ».
Je la remercie pour ses mots qui m’ont marqués. Ils m’ont permis aujourd’hui d’avoir un poste avec une situation financière stable et suffisante pour avoir pu m’offrir ma première jument à mes 25 ans, Fara, une ibérique de deux ans. J’ai la chance de vivre plein d’expériences incroyables, à savoir un débourrage par mes soins, une belle complicité, des stages et des voyages avec elle, des rencontres avec plein d’hommes et de femmes de chevaux, une évolution à deux. Et bientôt une nouvelle arrivante au printemps 2021, Khaleesi, une Appaloosa d’un an. C’est mon bonheur. Et elles ont un impact très bénéfique dans ma vie, car on a toujours à apprendre sur soi face aux chevaux. Ils sont notre reflet, et pas toujours celui qu’on a envie de voir. Ils nous offrent la possibilité de se remettre en question, et cela aide à grandir et à percevoir la vie autrement.
Le monde du cheval offre plein de beaux métiers, et beaucoup de personnes trouvent leurs épanouissements en choisissant cette voie. La tentation fait toujours partie de moi, elle n’a pas disparue. Mais pour ma part, je suis tout de même heureuse d’avoir actuellement gardé cette passion en tant que passion et non en tant que métier, car je pense vivre les choses sous un autre angle.
Dans un métier équestre, on est tenue par des obligations, des horaires, des rendements, des résultats, répondre à des prestations, être disponible pour la clientèle, la satisfaire, l’écouter, s’occuper et monter les chevaux des autres en priorité. Mettre ses propres objectifs entre parenthèses et nos propres chevaux passent après, quand on a encore le temps et la motivation.
Dans mon quotidien, je vis ma journée de travail qui est dans un autre univers que celui du cheval, et quand je rentre, je peux profiter de ma passion qui fait office de changement d’air et d’univers. Le métier que j’ai choisi est bien évidement un domaine qui me passionne également. Mais je pense qu’on ne ressent pas la même intensité de plaisir quand on fait la même chose pendant ses heures de travail et aussi pendant son temps libre.
Peut être qu’un inconvénient, à faire deux choses différentes, serait qu’on ne devient pas autant spécialisé ou performant qu’on le voudrait. Et quoi que... La détermination entre également en compte.
Voilà. Ceci était le partage d’une expérience. Rien n’est figé. On ne sait pas de quoi sera fait demain, ni quels seront nos états d’âmes, nos déceptions, nos frustrations, nos rêves, nos envies ou nos opportunités. Il n’y a pas de bon ou de mauvais choix. Il y a seulement des décisions à prendre, qui permettront d’enlever des doutes pour laisser place à des certitudes. Et ces décisions sont importantes pour mieux se connaître, et accueillir le bonheur qui nous est propre à chacun.
C’est un parcours qui sera rempli d’obstacles... mais en tant que cavaliers, les obstacles, on a l’habitude de les franchir... alors en avant !
120561634 3867386989988450 1605971747595293014 o